IA et les algorithmes d’affaires Les algorithmes d’affaires un passage obligé avant l’IA

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 13 octobre 2018 Par Richard Desrochers

Avec tout le battage publicitaire autour de l’intelligence artificielle (IA) c’est comme si toutes les autres technologies étaient désuètes du jour au lendemain. Dans un monde ou la technologie évolue à la vitesse grande V et le Big data fait office de référence, il est difficile, je dois l’admettre, de séparer le bon grain de l’ivraie (expression : savoir distinguer les bons des méchants, le bien du mal).

 

Cependant, lorsqu’on y regarde de plus près la véritable source d’intelligence artificielle telle que nous la défissions demeure toujours une série d’algorithme ou d’arbre décisionnel afin d’arriver à l’ultime réponse logique qui sont ultimement, à ce que je sache, créés par des humains.   Au sein des entreprises, les algorithmes définissent l’action et ces algorithmes dynamiques sont déjà et seront encore au cœur des activités futures. Des activités gérées au quart de tour afin d’atteindre la performance optimale. Le début est déjà entamé du commerce algorithmique et des solutions numériques avancées d’aide à la gestion du quotidien sont en train de dessiner le futur.

 

Les algorithmes d’affaires un passage obligé avant l’IA

 

Qu’on se le dise une fois pour toutes, même si les voitures de demain seront probablement à conduite autonome, je devrais quand même conduire ma voiture demain matin pour me rendre sur les lieux de mon travail. C’est avec cette même analogie que même si plusieurs fonctionnalités ou processus d’affaires seront pris en charge par l’intelligence artificielle dans un avenir rapproché, la meilleure solution informatique disponible dans l’intervalle sera capable de bien identifier, intégrer et gréer les processus d’affaires. Les données nécessaires à une gestion complète ou prise en charge par l’IA viendront dans un deuxième temps.

 

Par exemple, aussi simple que cela ne puisse paraître, un processus d’affaires est simplement une série de tâches intégrée dans un calendrier particulier. Cette série de tâches constitue votre recette d’affaires afin d’obtenir un résultat désiré. Cette même série de tâches renforcie par une série d’intervalles de performance et une gestion automatisée par algorithme deviendra probablement auto gérable plus tard. En bref, ce sont les paramètres qui sont rattachés aux tâches qui permettront l’atteinte d’un niveau supérieur de gestion pour permettre la prochaine révolution de l’AI.

 

Votre premier robot sera un assistant numérique

 

Malheureusement pour les vendeurs de rêves, mon affirmation va leur déplaire et que leur grande révolution devra quand même passer par une phase préparatoire avant l’arrivée complète de l’AI. Force d’admettre que votre premier robot sera bien campé dans votre écran et sera considéré comme un outil fort essentiel avant la fin de cette décennie. Pour preuve, un grand nombre d’entreprises n’ont presque jamais entendu de processus d’affaires et qu’un pour celles plus avancés, on est loin de l’informatisation complète.

 

Pour ma part, j’aime bien l’expression générale afin d’illustrer ce type de situation, « on a encore des croûtes à manger ». Et même si les robots étaient disponibles à s’asseoir dans le siège du conducteur avec tous les attributs qu’on leur prédit, ils ne savent même pas quoi faire parce que personne ne les a enseignés. C’est bien beau de reconnaître un sourire ou un visage, mais pour évoluer aujourd’hui, on a besoin de beaucoup plus.